Histoire

 

Étymologie

 

Au fil des siècles, le nom de la commune à connu de nombreuses transformations: Nerontio (1073), Nigronte (1108), Nigrunta (1139), Noironte (1287), Noyronte (1344), Noirontes (1629). L'étymologie du terme Noironte proviendrait du ruisseau qui traverse le village, surnommé la noire onde.

 

Situation

 

La commune de Noironte est située en Franche-Comté, dans l'extrémité nord-ouest du département du Doubs, à 11.5 kilomètres à vol d'oiseau à l'ouest de Besançon (le cap de Besançon vers Noironte est de 279°). La distance la plus courte par la route entre le centre du village et le centre-ville de Besançon (place du Huit-Septembre) est de 14 km. Elle est à la limite de la basse vallée de l'Ognon et de la zone jurassienne des Avants-Monts. Elle fait partie du canton d'Audeux et de la communauté d'agglomération du Grand Besançon [CAGB].

 

Entouré de vastes forêts et de plusieurs étangs qui valent aux habitants d'être surnommés les «grenouillards», le village possède une école et un bâtiment communal récemment rénovés et quelques belles fermes du XVIIIème.


Le château

Le château daterait du XIVème, il appartenait aux Fallerans au XVIème, puis il est confisqué et vendu à Claude Franchet en 1581. Après la Révolution, il fut racheté par le Général Ruty. Actuellement le manoir est très bien entretenu et se dresse solennel au milieu de ses arbres séculaires qui le protègent des regards indiscrets. On ne peut pas le visiter.


L'église de 1855 possède un clocher très original pour la région. La réhabilitation du ruisseau a bénéficié d'une technique de pointe, permettant son classement comme site pilote. La chorale «la Clef des Chants» offre des concerts réputés sur le canton.

 

 

 

 

 

 

Moyen-Âge

Le village de Noironte est cité dans un texte du XIe siècle, concernant l'abbaye Saint-Paul de Besançon. L'origine de l'érection de la seigneurie de Noironte est inconnue. En 1287, Guillaume, seigneur d'Apremont et de Moncley, reconnaît tenir en fief un certain nombre de terres dont celle de Noironte. Pendant tout le XVIe siècle, la seigneurie du dit lieu est entre les mains de la famille d'Arguel. Les gens de Noironte et d'Audeux reconnaissent, en 1390, devoir à Antoine d'Arguel, le cens de 5 bichots d'avoine, mesure du château de Noironte, à délivrer au-devant de leur église, le jour de la Saint-Martin d'hiver, ainsi que le "chaucher" et le "rechaucher". En cas de non exécution de ces obligations, le seigneur peut prendre les bêtes de ses serfs, et les faire vendre.

 

Époque moderne

Pendant la première moitié du XVIe siècle, la famille de Thomasin est seigneur de Noironte. En 1550, les habitants du village donnent 98 francs pour les épingles de la première fille de ce dernier. Par le jeu des alliances, au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, la seigneurie passe successivement entre les mains des familles Fallerans de Plasne (1553) et Franchet (1581). Claude Franchet, de Pontarlier, écuyer, reconnaît en 1582 tenir son fief de Louis de La Tour, seigneur de Moncley. Le nouveau maître de Noironte dispose de la haute, de la moyenne et basse justice sur ses sujets. Ceux-ci sont tenus au guet et à la garde du château de Noironte. Cette seigneurie comprend un certain nombre de pièces de terre, 7 étangs, une tuilerie, un moulin et un bois banaux. C'est probablement à la suite du mariage (vers 1634) entre Claude Monnier, docteur ès Droit, lieutenant général du bailliage d'Amont, et Anne Jacquinot, dame de Noironte, que la terre dudit lieu est acquise à la famille Monnier jusqu'en 1740. A cette date, Charles, marquis de Monnier (la seigneurie de Noironte et autres terres ont été élevées au marquisat en 1713), président honoraire de la Chambre des Comptes de Dole, vend sa seigneurie à Catherine Françoise Petitcuenot, veuve de Claude Joseph Bullet, seigneur de Bougnon. Dans l'intervalle, la terre de Noironte sera plusieurs fois amodiée. À une date indéterminée du dernier quart du XVIIIe siècle, Noironte est cédée à un membre de la famille de Montrond. Le 8 mai 1786, Madame de Montrond, dernier seigneur de Noironte, établit un bail à ferme de 7.500 livres avec les frères Humbert, de Recologne, pour les fonds, droits revenus, terre et seigneurie de Noironte.

Sous la Révolution, une fraction importante de la population du village, particulièrement attachée au culte catholique traditionnel, se montre hostile au nouveau régime. Il existe toutefois un groupe de républicains dont la virulence de fera plus précisément sentir au cours de la Révolution de 1848. On n'en reste pas moins patriote à Noironte puisque l'on vote, en 1791, 600 livres destinées aux volontaires du village engagés pour secourir "la patrie en danger".

 

 

 

 

Époque contemporaine

En octobre 1815, à plusieurs reprises, la commune subit les réquisitions des troupes étrangères. Au cours du XIXe siècle, les préoccupations du conseil municipal sont orientées vers la réparation ou l'acquisition de bâtiments publics. À la même époque, un incendie grave a dû ravager une partie du village, comme en témoigne encore aujourd'hui la "rue des mas brûlés".

On ne connaît pas les effets de la guerre de 1870-1871 sur Noironte. Le village n'a sans doute pas échappé aux réquisitions et dommages subis chez ses voisins.

La Première Guerre mondiale a frappé cruellement Noironte, lui coûtant 15 morts. La Seconde Guerre mondiale en revanche, a pratiquement épargné le village et ses habitants (1 mort).

 

Économie

Il ne reste plus que deux exploitants agricoles sur la commune de Noironte. Pour le reste, l'activité économique est dominée par la fromagerie qui emploie un peu plus de 30 personnes, le reste étant représenté par une carrosserie et un bar-restaurant. [Économie à Noironte]

 

 

Mairie - 25170 Noironte

Accueil | Mentions légales | Contact

tél : 03 81 55 06 27